Author Archives: yevele96

Porn film made at the First World War memorial, France

Although ordinary acts of desecration during the colonial period included graffiti and vandalism, explicit materials such as videos and photos are becoming rampant all over the magnificent buildings built during the First World War to remember the fallen heroes.
The most recent incident saw French lovers given a sixteen -week suspended prison term for making an adult video at the “Vimy Ridge memorial” next to Arras, France. After pleading guilty of exhibitionism, the couple was fined 400 Canadian dollars each as well as ordered to pay an extra euro (80 pence) as a symbolic in damages to the nation, which lost over 60,000 men in the battle field. A Local Adult Model Agency has declined to make any comment.

For more details on what to do to become a porn star can be found here

Most of the Canadians died in the “Battle of Vimy Ridge,” on April 9, 1917, to April 12, 1917, when four recruits of the Canadian military received Victoria Crosses.

Irrespective of the sacrifice and bold move honored by the Canadian National Vimy Memorial, the two are believed to have stripped off their clothes and went ahead to perform sex acts next to the soaring stone structure. They went further to post the video online and invited people to pay a certain fee so that they can access the video. Their sentence came almost seven months after another couple was arraigned in court for taking nude pictures of themselves at the same spot. This latest incidence which was heard at Arras criminal court involved a married couple, who are in their early 30s. However, lawyers expressed their great concern at the continuous increase in such affairs at the memorial. The two accused were alleged to have found out how to be a pornstar from various websites.

Through prosecutor Elise Bozzolo, “The memorial is known for a long time as an area where voyeurism and exhibitionism are rampant.” On a similar note, officers who investigated the case pointed out that similar cases were reported at other memorials as well as military graveyards on a regular basis. According to a police spokesman in Arras,” It is an issue that appears to be getting more complicated day in day out, and people appear to get a perverse gratification out of this behavior.” As a matter of fact, the “Canadian National Vimy Memorial” took almost eleven years to construct and was revealed by King Edward VIII in front of over 50,000 veterans as well as their families back in 1936.
All in all, the battlefield park surrounding it was granted in perpetuity to the Canadians in 1922, and the site now attracts over half a million visitors each year who visit the area to honor the fallen heroes.

Introduction 1939-1945

Après la Première Guerre mondiale, de nombreux événements et combats marquèrent à nouveau cruellement le Sundgau.

La signature de l’Armistice, le 11 novembre 1918, à 5 h du matin avait mis fin à de longues années dévastatrices et meurtrières. Chaque nation se replia avec un mauvais souvenir des 5 années de guerre. On parlait de la « der des der » et espérait qu’une telle épreuve ne se reproduirait plus jamais. Cependant, cette fin de guerre n’apporta pas que des soulagements ; d’autres problèmes d’éthique et de pauvreté se profilèrent en Alsace.

Dès 1920, le Maréchal Pétain, chef du haut commandement français, fit élaborer des plans de fortifications aux frontières de l’Allemagne. La commission d’Organisation des Régions (CORF), présidée par M. Belhague fut le maître d’œuvre d’une future ligne de défense, elle préconisa trois régions : Metz, Lauter et Belfort.

Cette ligne nommée « Ligne Maginot » longue de 600 km démarra en 1930 à Longuyon en Meurthe et Moselle pour rejoindre la frontière suisse.

Après la déclaration de la guerre entre la France et l’Allemagne (1er  septembre 1939), tous les villages frontaliers furent évacués pour rejoindre le Sud-Ouest de la France.

La défaite de la France en 1940 plongea les gens dans l’inquiétude. L’annexion y fut ressentie, peut être plus qu’ailleurs, car c’est par les routes en bordure de la frontière suisse que de nombreux réfractaires au régime allemand se sont évadés ; de cruelles représailles s’en suivirent.

La Première Armée française pénétra sur le sol d’Alsace le 19 novembre 1944 avant une terrible semaine de combats dans le Sundgau et de plusieurs semaines de conflits dans la Hardt et au bord du Rhin.

La clôture électrique sundgauvienne

En automne 1914, le Général allemand Von Gaede  prit des dispositions en faisant construire une ligne électrifiée le long de la frontière suisse. (am Südende der Westfront)

Cet ouvrage se traduisit par la mise en place d’une clôture en barbelé électrifié, appelée la clôture du Sud (Sudzaun oder Suddrahtzaun) ou le grillage électrifié (der Elektrische Haag).

Elle débutait à quelques mètres de la ferme du Largin, puis contournait Courtavon, Levoncourt, Oberlarg, Winkel, Ligsdorf, Raedersdorf, Lutter, Oltingue, puis Hagenthal et rejoignait ensuite le Rhin. (La ferme du Largin est implantée sur une presqu’île suisse qui pénètre dans le  territoire alsacien, on appelle ce lieu « le Bec de Canard ou (Schweizer Zipfel)»

Les travaux débutèrent vers la fin de l’année 1914, et durèrent jusqu’au mois de mars 1915. L’enclos était constitué de poteaux de bois, reliés par une dizaine de lignes de barbelés, sur une hauteur avoisinant les trois mètres.

Par endroits, ce tracé se vit renforcé par une deuxième et troisième ligne de barbelés.
L’ensemble fut placé sous la haute surveillance du bataillon n° 109 de la 8ème Landwehr Division.

Afin que cette clôture devienne une barrière infranchissable, elle fut mise sous haute tension, uniquement alimentée la nuit. Le transformateur de Waldighoffen procura l’électricité.

Cette nouvelle frontière militaire donna naissance à une zone neutre de treize communes : Lucelle, les fermes voisines, Kiffis, Lutter, Wolschwiller, Biederthal, Liebenswiller, Leymen, Neuwiller, Hégenheim, Bourgfelden, Saint-Louis, Village-Neuf et Huningue.

Les habitants de ces localités avaient l’autorisation de circuler librement dans cette zone. Des postes de passage furent installés à Winkel, Raedersdorf, Oltingue, Hagenthal-le-Bas, Buschwiller, Hésingue et Michelfelden. Cependant, le franchissement de cette porte n’était autorisé qu’aux fonctionnaires, médecins, sages femmes et civils munis d’une autorisation spéciale

Introduction 1914-1918

La Première Guerre mondiale a laissé une large cicatrice dans le cœur et le paysage sundgauvien.

Ce conflit qui engendra tant de pertes humaines marquera l’histoire de l’humanité à tout jamais. Peu d’historiens se sont vraiment penchés sur ce front proche de la frontière suisse.

Pourtant la tragédie débuta le 2 août 1914 dans le Sundgau avec les deux premières victimes d’une guerre non déclarée ; le caporal français Jules André Peugeot et le sous-Lieutenant allemand Albert Mayer.

Jusqu’à ce jour, aucun ouvrage ne relatait l’histoire complète de cette région. Cette lacune historique est aujourd’hui comblée grâce aux recherches entreprises par Bernard Burtschy et Vincent Heyer.

Les deux passionnés d’histoire régionale ont développé deux ouvrages qui traitent le front de la Largue et celui d’Altkirch à Dannemarie.